top of page
  • Writer's picturePhilippe Chevalier

Le respect des lois ne vaut rien à lui seul et je vous le démontre par une histoire stupéfiante.

 

Pendant la 2e guerre mondiale, l’officier SS Konrad Morgen s’était opposé aux camps d’extermination nazis, mais les apparences, comme souvent … vous savez ....

 

Il avait effectivement presque tout tenté pour faire fermer les camps de concentration de l’holocauste, il avait risqué d’être lui-même arrêté et avait échappé de peu à 2 attentats ordonnés par ses supérieurs.

 

À la fin de la guerre, devenu prisonnier des alliés, il s’attendait à être libéré et même félicité par les Américains.

 

Sauf que…. un procureur américain, bien avisé, lui a demandé lors de son procès (Morgen était quand même officier SS, donc il fut arrêté et jugé ) :

 

-         ‘’Quelle était votre vraie motivation pour vous opposer à l’existence des camps ?

 Morgen a répondu en toute franchise :

-         ‘’les camps de concentration étaient illégaux, aucune loi ni décret ne les autorisaient’’

 

À la question suivante :

-          ‘’Et si un décret, même secret, les avait autorisés ?’’

-          Et Morgen de répondre : ''Alors là cela aurait été autre chose, ils auraient été légaux et la loi s’impose à tous, il faut bien que des règles existent, j’étais juriste .’’

-         ‘’ Donc vous vouliez la fermeture des camps seulement parce qu’ils n’avaient pas le bon formulaire?

-         ‘’ Heu…ben les camps …c’était illégal, il fallait que je les fasse fermer  ’’

-         ‘’ Qu’est ce qui vous choquait? que c’était illégal? ou que c’était ignoble ?

-          ‘’ Ben heu… les lois d'abord ... c’est le fondement de tout’’

 

Bref… Konrad Morgen a été condamné, heureusement, et personnellement je pense que sa froideur administrative déconnectée faisait de lui un individu particulièrement dangereux.

À ses yeux, le ‘’respect’’ des lois n’avait de sens que dans leur application, sans aucune autre interrogation. Peu de mots sont aussi dévoyés que le mot de respect

 

Cette histoire très bien documentée (vérifiez sur Wikipédia ou ailleurs) m’a profondément marquée. Elle signifie que le respect des lois ne peut suffire à lui seul à mesurer la moralité, parfois ce ‘’respect’’ masque même les pires turpitudes.

Lorsque nous acceptons nos mandats d'enquête, nous nous assurons du motif légitime (nous sommes une agence autorisée et réglementée) mais jamais cela ne nous dispense de faire preuve de bon jugement.

Un client en zone grise mais trés humain sera toujours un meilleur mandat qu'un client figé dans le légalisme mais sans cause juste.

bottom of page