top of page
  • Writer's picturePhilippe Chevalier

Vous êtes recruté pour blanchir leur argent.




Stéphanie n’a rien de commun avec le milieu criminel, elle a juste besoin de revenus complémentaires et l’offre apparue sur Twitter , ou tout autre réseau social est intrigante :

Tu peux gagner entre 150 $ et 300 $ en deux heures par semaine de ta maison, sans effort et en donnant une heure de ton temps, tu ne solliciteras personne, juste à répondre à des sondages en ligne ou regarder des vidéos promotionnelles. La jeune femme s’apprête, sans le deviner encore, à devenir complice des fraudeurs et criminels qui blanchissent leur argent à l’aide de prête-noms.

La méthode est efficace et donc très simple:

Le public visé par les fraudeurs : des étudiants, des personnes vulnérables, des personnes en difficulté financière, au chômage ou tout simplement en recherche d’un revenu additionnel facile et sans effort ni investissement.

Les mots clés sont : « En ligne, juste deux heures, sans effort, besoin seulement d’une connexion internet, sans risque, etc… » et bien entendu une promesse de revenus significative (150 $ par heure et deux heures par semaine) mais qui n’est pas mirobolante.

Le fraudeur va simplement attirer ceux et celles qui deviendront ses blanchisseurs en annonçant une rémunération pour participer à des sondages, ou bien lire des lettres d’information, ou publier des avis (on y reviendra dans un autre article).

Puis après quelques dollars distribués en carte cadeau et deux semaines de clavardage pas trop inquiétant, le fraudeur prétendument employeur ou propriétaire d’une entreprise de marketing va établir une relation de confiance en offrant une rémunération pour créer un lien et endormir la méfiance. Il ne donnera pas initialement 150 $, mais 20 $ en carte cadeau et prétendra que le reste s’en vient. Les premiers 20 $ servent à rassurer sur la promesse.

Il vérifie le degré de soumission de sa cible ainsi recrutée, se livre à quelques échanges de texto ou de courriels encourageants, utilise le tutoiement, félicite et complimente, puis…dans un texto ou dans un courriel, il annonce :

- Stéphanie, tu passes à l’étape supérieure, je vais te transférer 8000 $ sur ton compte au Canada depuis le mien , garde 200 $ pour toi et retransfère le reste ,7800 $, sur le compte de mon client en Lituanie, merci Stéphanie , au fait tu habites bien au 2401 boulevards Goyette à Longueuil ? Et ton compte bancaire commence par 4519….? J’ai toutes les infos pour le transfert, j’ai déjà tes coordonnées bancaires.

- …oui Mike

- Ok je fais le virement, je compte sur toi Stéphanie de Longueuil qui habite en face du magasin de Meubles 😉, je t’envoie les coordonnées bancaires pour retransférer, fais vite et discrètement, ma chère Stéphanie qui roule en Kia rio rouge 2011 😉 , ta vie va changer.

- Ok ok ,Mike , je fais ça … en ligne ou au comptoir de l ma banque

- En ligne, avant 15h00, profite de la prime, y en aura d’autres. Tu vois je t’avais pas menti, tu encaisses déjà 200 $ .

L’intérêt pour le fraudeur est de disposer de plusieurs de ces mules financières, car il ne les utilisera que quelques fois dans l’année et surtout le fraudeur va rester hors circuit.

Stéphanie ne signalera rien aux autorités , car elle a besoin de cet argent et elle a peur .

La Lituanie est une place financière habituée aux transferts internationaux. Le Code BIC de la banque lithuanienne et le numéro de compte et identité du destinataire fournis par le fraudeur, seront faciles à utiliser en ligne depuis le site web de la Banque canadienne de Stéphanie .

Que risque Stéphanie ? :

Complicité de blanchiment d’argent (recyclage des produits de la criminalité ) tel que décrit par l’article 462.31 du Code criminel , jusqu’à 10 ans de prison.

Que risque Mike ?

Pas vu pas pris, il risque peu, inconnu non localisé, peu de chance d’identifier le Mike en question.

Tous les échanges se font par des messageries et par les réseaux sociaux. La banque d’origine pour les transferts de fonds porte un nom parfois rassurant . Stéphanie ignore que le virement reçu de Republic Bank América vient du Suriname, et puis quelle importance ? Ce sont de vrais dollars. Ou bien la banque Crelan RBC qui est une banque belge de Région Bruxelles Capitale (RBC) dont les documents portent à confusion avec RBC Royal Bank Canada .

Les offres d’emploi ou les offres de gains d’argent sans effort en échange de quelques heures et d’une connexion internet se répandent sur tous les réseaux sociaux et ciblent spécifiquement les personnes en difficulté et ayant besoin d’un revenu supplémentaire.

Ces pièges sont fréquents sur les plates-formes de revente et offres de services tels que Kijiji au Québec ou Le Bon Coin en France et tous leurs équivalents. Elles sont parsemées entre des offres un peu moins suspectes de travail en ligne.

Les mules financières (https://www.fbi.gov/news/stories/fbi-joins-international-campaign-to-stop-money-mules-121718) sont nécessaires au crime organisé, tout se passe en dollar et en euro, parfois avec des transferts Western Union ou Money Gram. Pas de crypto dans cette affaire, car une fois de plus il faut répéter que le mode favori de blanchiment d’argent du crime organisé est l’usage de prête-nom, avec de bons vieux dollars, avec de vraies banques. Tout repose sur l’ingénierie sociale et le recrutement des prête-noms.

Une mule financière est une personne vulnérable, soumise, influençable et contrôlable. La matière humaine est bien plus malléable que la blockchain.

(Les signalements de blanchiments d'argent peuvent se faire ici: https://www.canafe.gc.ca/intro-fra)


bottom of page