top of page
  • Photo du rédacteurPhilippe Chevalier

Une tribu d’Afghanistan explique les arnaques en ligne, (avec une petite dose de storytelling).





L’histoire d’une tribu perdue des montagnes d’Afghanistan éclaire parfaitement la méthode des arnaqueurs de trading en ligne d’aujourd’hui.


Dans les années 1890 ( oui c’était XIX siècle) un prédicateur chargé de convertir les tribus du Koufaristan se désespérait de l’indifférence des communautés villageoises contraintes d’écouter ses prêches et ses sermons.


Les tribus Kalasha, non croyantes et réticentes à toute religion, étaient rassemblées pour l’écouter, mais demeuraient totalement sourdes à ses discours et ses promesses d’un paradis éternel réservé aux croyants méritants. Les Kalashs restaient obstinément incroyants et s’apprêtaient à le laisser planter là sans résultat.


Le prédicateur, à bout d’arguments pour les convertir, tente alors un ultime discours:


‘’Je vais vous expliquer autrement ce qu’est le paradis : Vous avez beaucoup d’enfants et vous êtes pauvres, finalement votre seule expérience du plaisir est la jouissance intime que votre corps ressent lorsque vous procréez … Hé bien ce qui ne dure que quelques secondes dans la vie réelle deviendra un état permanent et éternel au paradis dont je vous parle. Bref, ce sera la même sensation, mais constante, avec un début, mais pas de fin, un état permanent ! à l’infini, éternellement ! Que dites-vous de cela ? il vous suffit de dire que vous adhérez et ce sera ce que vous vivrez au paradis.’’


La conversion fut un succès immédiat dans 6 des 7 régions du Koufaristan, 50 000 conversions en une année. Une fois rentré à Kaboul le prédicateur fait son rapport ( mais je modernise ici son style ) :

- Je les ai convaincus en extrapolant à partir de leur propre expérience de vie.

- Le plaisir, tout comme le bonheur, est limité dans le temps. Alors dans mon sermon j’ai supprimé cet inconvénient et construit ma proposition de valeur.

- Ils ont accepté de plein gré un rêve qui n’est vérifiable qu’après la mort, pas de risque d’audit de fiabilité.

- Je suis en paix avec ma méthode, car je ne les ai pas forcés à me croire.


Est-ce que le prédicateur fraudait son auditoire ?

Non, dans la mesure où aucun stratagème frauduleux ne fut utilisé. Il n’y a pas eu de vente basée sur de faux documents, ni de faux manuscrits (aujourd’hui : faux sites web et fausses statistiques, etc…) ni aucune pression ou manipulation mentale.

Une hypothèse plaisante a été présentée comme un inévitable accomplissement méritable sans effort, en échange d’un engagement apparemment léger.


En 2022 et 2023 :


Les formations en ligne sur la finance décentralisée représentaient plusieurs de nos dossiers depuis deux ans. Le stratagème utilisé par les fraudeurs/scammers était très bien conçu :


D’abord des offres de formations d’apprentissage conçues et réservées pour des débutants. Elles permettent de créer des cohortes de novices dépendant de la bonne parole d’un formateur habile à détecter la naïveté financière du groupe.

Mais ces formateurs sont surtout habiles à présenter un rêve ultime : Indépendance financière permanente, constante et sans effort.

Une sorte de mirage de jouissance financière éternelle accessible par un site web exclusif de trading virtuel où toute la communauté se retrouve. Un paradis réservé aux nouveaux élus de la liberté financière à l’infini.


Ces sites web basés en Europe de l’Est , flamboyants et de belle apparence, servaient à rabattre vers des sites web fictifs de spéculation en ligne.

Les victimes inconscientes se réjouissaient devant des tableaux statistiques leur laissant croire à des revenus mirobolants permanents. La jouissance financière éternelle.

Les faux sites de trading affichaient des enregistrements LCC britanniques contrefaits et poussaient l’audace à reprendre des logos et des graphismes de firmes autorisées. Nous avons pu aider efficacement nos clients (mais seulement partiellement, ne croyez jamais ceux qui prétendent récupérer l’intégralité de fonds ainsi perdus) .


Et c’est ici que cela rejoint l’histoire afghane du début :


- Après leur conversion, les 6 tribus Kalasha de la province du Koufaristan ont été progressivement déportées vers Kaboul à la fin du XIX siècle où leur culture 3 fois millénaire , leurs traditions, poésies, chants, ont été broyées jusqu’à disparition, dans la misère et la soumission. Ils ont tout perdu.

- Pourtant les Kalashas avaient une caractéristique totalement unique sur terre : Ils constituaient le seul groupe ethnique n’ayant jamais connu de religion ou de culte. D’ailleurs lorsque Alexandre le Grand les rencontre en 326 av. J.-C. , plusieurs de ses soldats sont séduits par cette singularité et décident de rester vivre dans la région.

- Aujourd’hui un seul groupe Kalash conserve cette culture hors de toute influence religieuse: les black Kalasha du Kalasha Desh . ils ont une apparence très grecque et leurs vêtements traditionnels sont aussi uniques que leur culture préservée.

- Mais surtout, ce petit groupe de la septième tribu, demeuré intact et insoumis, n’ayant pas suivi le prédicateur avait compris ce que leurs cousins de 1890 et mes clients d’aujourd’hui n’avaient pas compris :


Tout proposition de plaisir et bonheur permanent est une contradiction dans les termes. Le plaisir est dans la conquête, le bonheur a besoin d’un peu de fragilité pour être reconnu. Que ce soit fortune financière ou plaisir, ce qui compte c’est la croissance.


Notre agence d’enquête travaille essentiellement pour les entreprises et nous acceptons rarement les particuliers, cependant nous l’avons fait pour ces cas spécifiques en 2022 et je reconnais que nous avons davantage conscientisé que récupéré des fortunes.


Cependant, la conscientisation a échoué. Une de nos clientes est retombée peu après dans deux autres pièges de scammers, de sa propre initiative et malgré ses mésaventures.

Ses pertes viennent de passer de 5 chiffres à 6 chiffres.


Rendu là, ce ne sont plus des pièges et elle n’est plus victime. Elle est devenue une rente pour les fraudeurs tandis que son attirance pour les gains faciles prétendument permanents l’entraîne vers une déchéance inévitable. Elle ne connaissait pas plus la finance décentralisée que les Kalashs connaissaient la théologie et a succombé au même mythe d’un bonheur matériel permanent.


Mais au moins l’anecdote du prédicateur a le mérite d’être fausse, c’était une rumeur moqueuse inventée par le guide du National Museum of Pakistan de Karachi , devant la vitrine du Koufaristan ( province qui existe bien , tout comme les Kalash) lors de ma visite du musée en 1996.

L’anecdote sur le prédicateur est peut être fausse dans sa réalité historique mais vraie dans son enseignement sur la nature humaine.

Le Koufaristan ( ou Kafaristan ) lui, existe bien et sa culture unique a inspiré bien des légendes et des écrivains.


Comme j’aime l’Histoire et les histoires, si ma parabole afghane fait du sens, je vais m’inscrire à une formation de storytelling pour continuer ou m’améliorer. Les formations en storytelling ce n’est que du beau risque (quand même à calculer avec discernement).






Comments


bottom of page